Dear Sri Lanka

À l’heure où tu es meurtri et endeuillé par les horreurs qui ont eu lieu lors du week-end de Pâques, il n’y a pas de meilleur moment pour moi pour te rendre hommage..

Après 3 semaines passées au Sri Lanka, je peux vous assurer que ce pays mérite amplement sa place dans les « Top Destination » de l’année 2019, publié par le National Geographic. C’est une destination qui m’a pendant longtemps fait rêver, et que j’ai pu imaginer de toutes les façons. Cela ne m’a pas empêché d’être émerveillée par tout ce que le Sri Lanka a à nous offrir. Je vous propose donc ici un bilan de ce séjour riche en découvertes et en aventures.

Ambiance générale

Avant notre départ, toutes les personnes à qui nous avons dit démarrer par le Sri Lanka nous ont confirmées que cela était un très bon choix pour un début de voyage comme le nôtre. J’ai désormais compris cette réponse. Le Sri Lanka est un pays où il fait bon vivre. Vivre au rythme du soleil, des coupures de courant, des épices, des transports en retard, mais vivre heureux avant tout. Nombreux sont les habitants à vivre paisiblement de la vente de fruits et légumes en bord de route. Et je trouve ce rythme de vie génial. Cependant, la propreté et l’odeur des rues laissent à désirer. Les caniveaux sont souvent remplis de déchets de toutes sortes, il en est de même pour les canaux et cours d’eau qui traversent les villes/villages.. Il est vrai que les sri lankais ont une fâcheuse tendance à jeter leurs déchets directement par terre plutôt que de les jeter à la poubelle. De plus, il est très rare de voir des poubelles dans les rues, il nous est arrivé de garder nos épluchures de fruits ou pots de yaourt vides avec nous dans un sac plastique plusieurs heures, car nous ne trouvions pas de poubelles où les jeter. Ce problème de déchets engendre forcément de fortes odeurs dans les rues et ce n’est pas spécialement agréable. Mais nous avons pu constater que certaines villes commencent à installer des poubelles de tri et encouragent les habitants à jeter leurs déchets donc je pense que le pays est sur la voie du changement pour ce point.

Transport

Les transports en commun. Quelle histoire. Chaque seconde passée sur les routes sri lankaises est un pied de nez fait à la mort. Je ne compte plus les fois où nous nous sommes regardées en pensant “ça y est, on va avoir un accident” ou “ça va jamais passer, on va leur rentrer dedans” mais cet article en est la preuve, je suis toujours en vie. Malgré le fait que la conduite au Sri Lanka soit un concept en elle-même, le réseau de transport est très bien développé. Il existe des bus ou des trains reliant quasiment toutes les villes entre elles, les gares routières sont plus ou moins bien organisées et vous pouvez très facilement prendre le bus dans tout le pays. Quoi que, les arrêts de bus sont quelques fois difficiles à identifier. Les bus a proprement parlé sont très colorés, presque psychédéliques, avec des sièges en cuir ou dans des housses en plastique. Croyez-moi, lorsque l’on est en short et qu’il fait plus de 35°C, ces sièges sont un vrai bonheur.. J’ai trouvé le fonctionnement de ces bus assez intéressant. En effet, nous distinguons le chauffeur et le “ramasseur”, qui se tient souvent debout au niveau des portes, qui ne sont jamais, au grand jamais, fermées. Ce ramasseur a donc pour rôle de faire entrer les gens dans le bus, de s’assurer que ceux-ci sont bien sur la bonne route et de les encaisser. C’est assez sympa de le voir se balader avec une liasse de billets en main durant tout le trajet. Le coût d’un trajet en bus est dérisoire, le maximum que nous avons payé sur tout le séjour est 400 Rps (2 €) et encore c’est parce que nous avons pris un minivan climatisé. Les bus dits “regular” ne dépassent pas les 200 Rps le ticket. Particularité non-négligeable de la conduite au Sri Lanka, le klaxon est très très très utilisé. Par tous types de véhicules, que ce soit un tuktuk, un bus, une voiture, un scooter, tous utilisent le klaxon à outrance. Et ce, pour tous les motifs possibles, que vous soyez en train de doubler, en plein embouteillages, en danger ou juste pour saluer quelqu’un. C’est donc en bus et en train au rythme infernal des klaxons que nous avons parcouru 748 km en l’espace de 3 semaines.

Nourriture

Je ne vais pas beaucoup m’étendre sur le sujet, car un article de la catégorie “Papilles” va y être consacré. Mais je peux vous dire que la nourriture est très variée, et très riche. Beaucoup de fruits et légumes se retrouvent dans les plats, ces derniers sont d’ailleurs très faciles d’accès puisque nombreux sont les vendeurs de rues. Pour les amateurs de poivre(s) et de plats épicés, la cuisine sri lankaise est faite pour vous. Les sri lankais sont également friands de beignets et d’aliments fris en général, par contre très peu de viande est consommée, mais je vous en parlerai plus en détail plus tard.

Religion

La principale religion au Sri Lanka est le bouddhisme, en témoignent le nombre incalculable de temples que vous pourrez y trouver. Tous sont ouverts à la visite, payante pour certains, il vous suffira simplement de vous y rendre dans une tenue “correcte” qui couvre vos genoux et vos épaules. Le bouddhisme étant une religion d’amour et de tolérance, les sri lankais sont assez ouverts d’esprits et vous laissent vivre vos vies comme vous l’entendez du moment que cela vous rend heureux. Cependant, la religion est omniprésente dans la vie des habitants, beaucoup ont des représentations de Buddha sur le tableau de bord de leur voiture, on les retrouve également dans les tuktuks et dans tous les bus qui sont équipés d’affiches géantes. Vous ne pouvez donc pas passer outre la religion bouddhiste qui occupe une partie importante de la vie du pays.

Coup de coeur

Le point le plus marquant, et qui sera pour moi le coup de cœur de cette destination, est bel et bien les Sri Lankais. Quel bonheur d’avoir pu les côtoyer chaque jour et d’avoir eu la chance d’échanger avec eux. Rares sont les destinations dans lesquelles vous êtes accueillis avec autant de gentillesse, de bienveillance et de bonnes intentions. Lorsque vous cherchez votre chemin, vous êtes sur(e)s de pouvoir demander à n’importent qui dans la rue, la personne en face de vous fera tout son possible pour vous aider, et ce même si elle ne parle pas anglais. La plupart des habitants comprennent l’anglais, même s’ils ne sauront pas forcément vous répondre, ou vous feront des signes pour pouvoir communiquer avec vous et cette envie d’aider est très agréable. Évidemment certaines personnes peuvent être insistantes ou un peu lourdes, mais ce n’est vraiment pas une majorité et c’est le cas dans tous les pays donc on sourit et on continue notre chemin. Il émane des sri lankais une réelle envie de vous faire plaisir, et de vous faire apprécier leur pays. Dans de nombreux restaurants et guest houses, nous avons pu voir les propriétaires se plier en 4 pour qu’on ressorte de chez eux avec le sourire, régulièrement ils viennent s’assurer que tout va bien et que vous n’avez besoin de rien. La question qu’ils préfèrent poser aux touristes est d’ailleurs “How is Sri Lanka so far ? How are you ?” juste pour s’assurer que vous passez un bon moment. Quel déchirement de les quitter…

Lorsque nous sommes passées à la douane pour quitter le pays, le douanier en face de nous m’a demandé si j’avais apprécié mon voyage, question à laquelle j’ai répondu positivement. Sa prochaine question a alors été, « Will you come back ?”, je vous laisse imaginer ma réponse…

Sans surprise, je reviendrai.

M.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :