Chef Cambodgienne en devenir

Lorsque que nous sommes arrivées au Cambodge, nous nous sommes vite rendues compte que ce n’était pas une destination que l’on choisissait pour sa gastronomie. Nous avons, en effet, pu retrouver tous les classiques de la cuisine asiatique, à savoir le fried rice, les noodles, toutes sortes de curry, et des fruits et légumes à l’appel. En somme, rien de bien nouveau après 2 mois et demi en Asie. Mais le pays a tout de même un bon nombre de spécialités à vous faire découvrir. 

Tout d’abord, il faut savoir que la cuisine khmère (cambodgienne) est le fruit de l’influence indienne, vietnamienne et chinoise. Toutes ces influences reçues au cours de l’histoire du Cambodge sont la raison pour laquelle les herbes aromatiques et les racines en tout genre sont utilisées pour la préparation de presque tous les plats. Les Cambodgiens ont su, au fil du temps, affiner leurs habitudes culinaires afin de faire de la cuisine khmère une cuisine originale avec une signature qui lui est propre. Parmi les spécialités khmères, nous retrouvons un grand nombre de soupes, de plats composés de légumes cuits à la vapeur, de currys et une nouvelle fois le riz comme étant l’aliment de qui accompagne tous ces plats, car celui-ci permet de contraster les différentes épices et condiments qui font la particularité de la cuisine cambodgienne. 

Lors de notre séjour de quelques jours à Battambang, une ville reculée au Nord-ouest du pays, j’ai eu la chance de pouvoir participer à un cours de cuisine donné par le restaurant Coconut Lyly. Ce cours était complètement imprévu, mais lorsque nous sommes allées déjeuner au restaurant et que j’ai vu au dos du menu que des cours de cuisine étaient disponibles, j’ai saisi cette opportunité. Et deux heures plus tard, me revoilà dans le restaurant pour en apprendre davantage sur la gastronomie khmère. Le cours est très bien construit, car il débute par un tour de marché avec Lyly, le propriétaire du restaurant. Ce tour, permet à Lyly de nous faire découvrir les différentes racines que les Cambodgiens ont l’habitude d’utiliser, parmi lesquelles nous retrouvons le curcuma, le « galangal », le gingembre chinois, la citronnelle, le nuoc mam ou encore le basilic. Ce sera également l’occasion pour nous de connaître le processus d’extraction du lait et de l’eau de coco. Une fois de retour au restaurant, Lyly nous demande de choisir 3 plats salés ainsi qu’un dessert que nous souhaitons préparer puis Savath, le chef du restaurant familial, la femme de Lyly, prend le relai pour que le cours puisse commencer. 

L’un des plats que nous avons choisi pour ce cours est l’ « Amok », considéré comme le plat national du Cambodge. Vous trouverez plusieurs déclinaisons de ce plat à travers tout le pays, quelques fois au tofu, au poulet ou bien aux crevettes, mais la recette traditionnelle est belle et bien à base de poisson. La préparation de ce plat est assez intéressante, car il est composé de morceaux de poisson à chair tendre imprégnés d’une multitude d’épices et d’herbes aromatiques. En effet, le poisson va être mélangé aux épices ainsi qu’au lait de coco avant que le tout ne soit déposé dans un « panier » en feuille de bananier afin d’être cuit à la vapeur. 
Une fois le cours fini, et tous les plats prêts, nous nous installons pour un dîner placé sous le signe de la dégustation de nos plats. Et sans vouloir nous jeter des fleurs, on a fait du bon boulot ! Et je n’ai pas été déçu par ce cours, au contraire, je le recommanderai à tous ceux qui en auront l’occasion.


Food Highlight

Au Cambodge, mon goût de cœur est une véritable spécialité khmère que j’ai également pu découvrir plus en détail lors du cours de cuisine : le «Bœuf Loklak ». 

Techniquement très basique, ce plat est plein de saveurs et saura régaler vos papilles de 1000 façons possibles, car il existe une multitude de variantes de la recette originale, chacun y allant de sa petite touche personnelle. Très simple à réaliser, ce plat se compose de bœuf mariné dans de la sauce soja, de la sauce d’huîtres, du bouillon, et du poivre ; accompagné d’une sauce « loklak » au citron vert qui vient apporter une touche rafraîchissante à la viande et qui s’accommode parfaitement avec du riz. Tous les restaurants en proposent, vous n’aurez donc aucun mal à en trouver, et ce sera un régal à chaque fois, je vous le garantis.


En conclusion, les spécialités khmères se font rares mais sont gustativement très intéressantes et riches en saveurs. Donc n’hésitez plus, donnez aux plats cambodgiens une chance de pouvoir vous séduire.

M.

2 commentaires sur “Chef Cambodgienne en devenir

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :